Image Choisir Sauvian
Flux RSS
Facebook
Bienvenue, vous êtes le 21783ème visiteur !
 
 
A A+
L'association «Choisir Sauvian» a pour objet de défendre l'intérêt général des sauviannais(es) dans le cadre de réflexions liées aux politiques publiques de la commune.

Son but est de créer l'émergence d'une politique locale centrée sur l'intérêt commun en vue de construire une alternative fidèle avec l'esprit et le projet incarnés par son équipe lors des prochaines élections municipales et celles qui en découlent pour la Communauté d'Agglomération Béziers-Méditerranée.

L'association est ouverte à tous, sans condition ni distinction.  


Assemblée Nationale, 4 avril 2019, intervention d'Emmanuelle Ménard, Député de l'Hérault, dans le cadre d'une proposition de loi du groupe Les Républicains sur le rétablissement du pouvoir d'achat des Français.  2019-04-04 12:44

À lire absolument...

Assemblée Nationale, 4 avril 2019, intervention d'Emmanuelle Ménard, Député de l'Hérault, dans le cadre d'une proposition de loi du groupe Les Républicains sur le rétablissement du pouvoir d'achat des Français.
 
Tout est dit : merci à notre Député !
 
Et dire qu'à SAUVIAN, le maire de la commune a appelé à voter pour les représentants de la macronie et pour En Marche alors que, dans le même temps, pendant la campagne électorale, Emmanuelle Ménard et Jacques Nain alertaient les électeurs sur l'augmentation de la CSG envisagée par le nouveau Président de la République...

Emmanuelle Ménard, Député de l'Hérault, et Jacques Nain, son suppléant.

Emmanuelle Ménard, Député de l'Hérault,
et
Jacques Nain Député suppléant, président de CHOISIR SAUVIAN
dans la salle polyvalente de SAUVIAN 

 
« Madame la Présidente,
Monsieur le ministre, 
Monsieur le président de la commission des finances,
Mes chers collègues,

« On ne vit plus, on survit ». Voici l'une des phrases portées à bout de bras par les gilets jaunes sur des pancartes de fortune.

Et pendant que la rue bat le pavé, la presse relaie l'autosatisfaction du gouvernement qui pense qu'avec ses quelques mesures d'urgences déployées en décembre dernier, la grogne des Français va s'estomper… Pari perdu.

D'en haut on ne comprend plus rien à ce qui se passe en bas. Pourquoi les gilets jaunes continuent-ils à se mobiliser alors que les prévisions sont encourageantes : + 2% de pouvoir d'achat annoncés en 2019 ! Mais que demande le peuple ?

En réalité, c'est assez simple, ça s'appelle la justice sociale. Or, certaines des mesures prises par votre majorité ressemblent plus à de l'aumône qu'à une réelle revalorisation des salaires. Du court terme pour calmer les manifestants alors qu'il faudrait du long terme pour redynamiser durablement l'économie… Pour cela, le gouvernement enjoint les entreprises à verser des primes.

Et selon les derniers chiffres, malgré le milliard d'euros de prime annoncé, la réalité est moins réjouissante : 61 % des deux millions de salariés qui ont pu en bénéficier ont touché une enveloppe inférieure à 500 euros, et 6 % ont même perçu moins de… 100 euros. Alors, comme toujours, il y a les gâtés, si j'ose dire, puisqu'ils sont 16 % à avoir touché 1 000 euros, soit le montant maximal de la prime. Tant mieux pour eux. Mais les autres ?

Alors que faire ? Commencer par voter cette proposition de loi, qui corrige un certain nombre de mesures injustes prises par le gouvernement.

Ainsi l'article 1er qui propose de réindexer en 2019 les pensions de retraites et les allocations familiales sur l'inflation. Déjà, lors des débats sur le projet de loi de financement de la sécurité sociale, j'avais alerté le gouvernement à plusieurs reprises sur l'injuste désindexation des pensions de retraite sur l'inflation alors, qu'en même temps, les allocations pour les demandeurs d'asile étaient revalorisées. Un véritable scandale pleinement assumé par le gouvernement et sa majorité parfaitement conscients que les prestations allaient augmenter 5 fois moins vite que le coût de la vie et qu'ainsi, le pouvoir d'achat des retraités serait plombé de 3 milliards en 2019. 

L'article 3 quant à lui nous rappelle que le gouvernement n'aime décidément pas les retraités puisqu'il avait commencé de longue date son travail de sape avec l'augmentation de la CSG des retraités dont la pension était supérieure à 1200 euros. Retraités qu'Emmanuel Macron avait d'ailleurs à l'époque qualifiés « d'aisés »… Après avoir longuement ferraillé, nous avions réussi à faire entendre raison au gouvernement qui, pour renflouer les caisses de l'État, pense qu'il suffit de se servir dans le porte-monnaie des retraités. Grand seigneur, le gouvernement a donc fini par épargner ceux qui touchent une retraite de moins de 2 000 euros.

Pour ma part, je pense que c'est un grand pas pour le gouvernement… mais un bien trop petit pas pour les retraités. Raison pour laquelle, à l'instar de mes collègues Républicains, je pense que c'est bien toute la hausse de la CSG qu'il faut supprimer. 

Et si, cette nouvelle interpellation n'était pas entendue, je propose que le plafond d'exonération soit relevé à 3 000 euros. Et pourquoi pas 6 000 euros, puisque c'est le seuil en dessous duquel un journaliste bénéficie d'un abattement fiscal. Ce qui est valable pour un journaliste ne devrait-il pas l'être pour les retraités ? 

Je regrette cependant que la question de la TVA ne soit pas abordée. C'est l'impôt que payent tous les Français et qui freine considérablement la consommation, notamment pour les produits de première nécessité. Un certain nombre de pays courageux ont d'ailleurs opté pour une TVA à taux zéro pour ces produits. Je pense ici à l'Irlande, au Royaume-Uni et à Malte qui, avant d'entrer dans l'Union européenne, avaient adopté cette mesure.

Alors, c'est vrai, le gouvernement va s'empresser de brandir la directive européenne de 2006 qui interdit aux États membres d'avoir un taux réduit de TVA inférieur à 5%... Pourtant cette mesure est plébiscitée par les gilets jaunes depuis des mois ! 

Aussi, sans aller jusqu'au taux zéro, nous pourrions déjà donner un coup de pouce aux Français en taxant les produits de première nécessité à 2,1 % comme je l'ai proposé dans un de mes amendements.

Ce taux ayant été accordé à la presse, aux spectacles, etc. ce serait, me semble-t-il, la moindre des choses de faire de même pour certains produits alimentaires de première nécessité… Quitte à devoir aller négocier avec Bruxelles.

Pour toutes ces raisons, je soutiendrai cette proposition de loi de bon sens. Si, bien sûr, la République En Marche daigne nous laisser procéder à son examen ! »
 



Évènementiel


Newsletter


Derniers articles

  Emmanuelle Ménard, Député de l'Hérault écrit à monsieur le Premier ministre  08-04-2020
  Face aux évènements difficiles, seule la cohésion nous permettra de l'emporter.  07-04-2020
  CHOISIR SAUVIAN vous informe : aide de la Région aux PME  05-04-2020
  Pour info, Choisir Sauvian a lu pour vous dans le Midi-Libre du vendredi 3 avril 2020...  04-04-2020
  Coronavirus : report du premier conseil municipal de la mandature.  20-03-2020
  Communiqué de Jacques Nain  19-03-2020
  Résultats de l'élection municipale du 15 mars 2020  15-03-2020

Archives

+  mars 2020

+  février 2020

+  janvier 2020

+  décembre 2019

+  novembre 2019

+  octobre 2019

+  septembte 2019

+  août 2019

+  juillet 2019

+  juin 2019

+  mai 2019

+  avril 2019

+  mars 2019

+  février 2019

+  janvier 2019

+  décembre 2018

+  novembre 2018

+  octobre 2018

+  septembte 2018

+  août 2018

+  juillet 2018

+  juin 2018

+  mai 2018

+  avril 2018
First           Prior           Next           Last

Directeur de publication: Jacques NAIN
©ChoisirSAUVIAN - Association déclarée par application de la Loi du 1er juillet 1901 et du décret du 16 août 1901. |  Offres d'emploi     |  Espace réservé
En 2020 à Sauvian, Jacques Nain affrontera le maire sortant, Bernard Auriol
Sauvian : Jacques Nain est candidat aux élections municipales

Sauvian : Jacques Nain est le suppléant d’Emmanuelle Ménard.
Biterrois : le suppléant d'Emmanuelle Ménard se lance pour les municipales à Sauvian.
En 2020 à Sauvian, Jacques Nain affrontera le maire sortant, Bernard Auriol.

Haut de page