Image Choisir Sauvian
Flux RSS
Facebook
Bienvenue, vous êtes le 21599ème visiteur !
 
 
A A+
L'association «Choisir Sauvian» a pour objet de défendre l'intérêt général des sauviannais(es) dans le cadre de réflexions liées aux politiques publiques de la commune.

Son but est de créer l'émergence d'une politique locale centrée sur l'intérêt commun en vue de construire une alternative fidèle avec l'esprit et le projet incarnés par son équipe lors des prochaines élections municipales et celles qui en découlent pour la Communauté d'Agglomération Béziers-Méditerranée.

L'association est ouverte à tous, sans condition ni distinction.  


SAUVIAN : qui est Jacques Nain, la tête de liste de CHOISIR SAUVIAN pour les prochaines élections municipales de 2020 ? 2020-01-18 06:20

Qui est Jacques Nain, la tête de liste de CHOISIR SAUVIAN
pour les prochaines élections municipales de 2020 ?

 

Jacques Nain, tête de liste de CHOISIR SAUVIAN aux élections municipales de 2020 à Sauvian.

 

(Selon les archives 2015 du site internet « La Gazette » du Biterrois avec mise à jour)

 

La fabuleuse vie d’un flic pas ordinaire !


Quelques dates...

 

1970 : Jacques Nain part de Béziers, sa ville natale pour entrer dans la Police Nationale. Affecté au Quartier Latin, il est amené entre autres à fréquenter le 26 rue de Bièvre (domicile de François Miterrand), à lutter contre les trafics de stupéfiants et les voleurs à la tire, etc. dans le cadre de la police de proximité.

 

De 1974 à 1994 il est affecté à l’Office central de répression du banditisme (OCRB), le prestigieux antigang national, l’héritier des anciennes brigades du Tigre, créées par Georges Clémenceau à l’aube du XXe siècle. En qualité d’officier de police judiciaire, dans le Groupe National dIntervention, il est confronté aux grands et dangereux malfaiteurs, repris de justice d’habitude. Il participe à la résolution d’importantes affaires souvent médiatisées : la Fraction Armée Rouge (bande à Baader) à Mulhouse, Albert Spaggiari à Nice, le gang de la Banlieue Sud en région parisienne, Patrick Henry à Troyes, Gaston Rucquois le tueur du club Méditerranée de Corfou, François Besse en Espagne puis en Belgique, Jacques Mesrine à Paris, l’arrestation des kidnappeurs d’Olivier Bréaud à Papeete, les tueurs de l'Ardèche à Aubenas, etc. 

 

En 1978, Jacques Nain prend une part active à la traque de Jacques Mesrine, l’ennemi public N° 1 de cette époque, et à son arrestation le 2 novembre 1979 porte de Clignancourt à Paris.


Plus tard il écrira trois livres sur les réelles conditions des investigations et de l’arrestation ; son premier ouvrage servira de support pour le film sorti en 2008, Mesrine, ennemi public N° 1 avec Vincent Cassel dans le rôle-titre. Une affaire inoubliable et marquante pour un policier rigoureux et humain mais qui, selon lui, comme de nombreux de ses collègues, est un épiphénomène dans une carrière de flic de l’Intérieur.

 
 

   


En 1983, au ministère de lIntérieur, à la demande du Directeur Central de la Police Judiciaire, il annule sa mutation programmée pour la DST, la Direction de la Surveillance du Territoire en charge du contre-espionnage. Jacques Nain devient alors responsable des Affaires Réservées au sein du cabinet du directeur de la PJ à l’État-Major de la Direction Centrale de la Police Judiciaire et, à ce titre responsable du personnel PJ au sein du GIC ; le Groupement Interministériel de Contrôle est un organisme d’État dépendant du Premier Ministre.

En sa qualité de serviteur de l’État et des Institutions et de la République, Jacques Nain exerce au sein du GIC une mission de Secret Défense auprès des Premiers ministres successifs à savoir Pierre Mauroy, Laurent Fabius,  Jacques Chirac, Michel Rocard, Édith Cresson, Pierre Bérégovoy et Édouard Balladur.

 

      


Pour en savoir plus sur le GIC : https://www.gouvernement.fr/groupement-interministeriel-de-controle-gic
 


Dans le cadre du GIC, Groupement Interministériel de Contrôle, en relation avec l’ensemble des Directeurs des Services Régionaux de Police Judiciaire, il peaufine le projet de loi sur les écoutes téléphoniques afin dy intégrer les moyens techniques d’aide à l’enquête judiciaire. Les réflexions menées sont les conséquences du rapport de Robert Schmelck, Premier président de la Cour de Cassation (de 1980 à 1984), rapport sollicité par Pierre Mauroy alors Premier Ministre, mais surtout elles sont le résultat des arrêts Kruslin et Huvig de la Cour européenne des droits de l'homme du 12 avril 1990 contre la France pour transgression à l'article 8 de la Convention Européenne.


La loi du 10 juillet 1991 sur les interceptions de sécurité est votée. Les écoutes sont un dispositif juridique pour que les services spécialisés de l'État puissent utiliser cet outil technique en toute légalité. Depuis la loi a été remaniée mais reste d’actualité notamment dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Pour Jacques Nain cela sera un sujet de réflexion de science politique qu’il développera en 2011 dans un ouvrage Écoutes raison d’État ou abus de pouvoir ? 

 


En 1995, puis en 2001, Jacques Nain est élu maire-adjoint de Villecresnes dans le Val de Marne sur une liste Divers Droite. Il est chargé de lenvironnement, de la jeunesse, des sports et de la sécurité. À ce titre il est également secrétaire du Bureau du Conseil Syndical de lHôpital de Villeneuve Saint-Georges (40 communes sur trois départements) et membre du SIVOM des ordures ménagères de la vallée d'Yerres et de Sénart (26 communes sur trois départements). Il participe également à la Commission consultative de lenvironnement de lAéroport de Paris-Orly instituée par la loi du 11 juillet 1985.


Afin de concilier carrière professionnelle et ses futures responsabilités d’élu, ses fonctions à la Police Judiciaire doivent être réétudiées.

 

 


Dès 1994, en prévision de son élection, Jacques Nain est nommé à la Direction Générale de la Police Nationale puis détaché auprès du Pôle maîtrise des risques du Commissariat à l’Énergie Atomique. En réalité c’est un poste de Renseignement et de protection des secrets industriels et militaires. Il assure une mission de contre-espionnage : la protection et la sauvegarde des intérêts fondamentaux de la Nation.

 

Mais qu’en est-il exactement des intérêts fondamentaux de la Nation ?
En voici un exemple :

Le 23 janvier 1985, dans le sous-sol de la prison de Lefortovo à Moscou, le Lieutenant-Colonel Vladimir Ippolitovitch Vetrov du KGB est exécuté. Il meurt fusillé d’une balle dans la nuque. L’affaire d’espionnage contre la France dénommée Affaire Farewell est bouclée mais La pieuvre soviétique reste offensive…

Quelques années plus tard, à Londres, Victor Otchenko, le colonel du SVR (nouveau KGB) paraît sincère et totalement acquis à la cause Occidentale. Il n’est pas un fidèle de Boris Eltsine. À Thames House, siège du MI6, le service de contre-espionnage britannique, il s’épanche. Depuis 1987 Sergueï Jmyrev, officier du KGB et deuxième secrétaire à lambassade de lUnion soviétique à Paris, traite un ingénieur français du CEA. Francis Temperville était affecté à l’époque à l’Institut national des sciences et techniques nucléaires situé sur le site de Saclay du Commissariat à l’Énergie Atomique mais aujourd’hui Francis Temperville a intégré le Centre CEA de Limeil-Brévannes, un site de la Direction des Applications Militaires. L’affaire dite des Pétales de roses ne fait que commencer. En 1997, Francis Temperville est condamné à neuf ans de prison pour trahison par la Cour d’Assisses Spéciale de Paris.

Comme tous ses collègues Officiers du Renseignement, Jacques Nain a la certitude qu’au-delà de Temperville, les soviets doivent avoir une autre source d’information pour recouper celles transmises par le traître condamné. Avec le temps, son enquête aboutit à identifier et à mettre en cause pour trahison un Docteur en science nucléaire, fils d’un membre de l’Académie des sciences et ancien conseiller scientifique du Président Charles de Gaulle. À ce jour, cette deuxième affaire de trahison au CEA n’a toujours pas fait l’objet d’une déclassification du Secret Défense par les différents Premiers ministres qui se sont succédé.

Quant à Jacques Nain, il poursuit sa mission auprès de la Direction des Applications Militaires du CEA notamment dans le cadre de la protection du projet SIMULATION dont nombreuses sont les Nations qui ont cherché et cherchent encore à connaître la capacité stratégique de la dissuasion nucléaire française. Dans plusieurs dossiers, des officiers traitants membres de délégations étrangères auprès d’Ambassades de pays amis et/ou ennemis sont identifiés. Ils sont invités à regagner leur pays d’origine sur les injonctions des hautes instances gouvernementales.

 

Pour en savoir plus sur le projet SIMULATION (Source CEA/DAM) :
http://www-dam.cea.fr/dam/wp-content/uploads/2018/12/20-ans-programme-simulation.pdf

 

Pour en savoir plus sur les missions de contre-espionnage (source Code Pénal, article 410-1 et suivants, voir lien sur le site Légifrance) : https://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do;jsessionid=9BA351C8D7E40E42C8EF6BC3EE26D0B2.tplgfr34s_2?idSectionTA=LEGISCTA000006136044&cidTexte=LEGITEXT000006070719&dateTexte=20180627
 


Un sportif :


Jacques Nain est un sportif passionné... Dans sa jeunesse, si comme tout un chacun à Béziers il a pratiqué le rugby en milieu scolaire, il a surtout évolué dans l'équipe première de lAssociation de Basket-ball des Cheminots de Béziers au titre d'un surclassement en cadet. Il effectuera ses obligations militaires à Mulhouse où le Régiment du Train auquel il est affecté est Champion de France militaire. Dès son entrée dans la police il intégre léquipe de Basket-ball de la Préfecture de Police de Paris où il côtoye de façon amicale les grands champions Français affectés à la Compagnie des Moniteurs (Daniel Morelon, Pierre Trentin, Jean-Louis Priannon, Jacques Madubost, et bien d'autres...).


Pour des raisons évidentes liées à son emploi du temps professionnel, Jacques Nain se tourne ensuite vers la course à pied. Il enchaîne alors les épreuves de cross, semi-marathons, marathons, 100 kms, 24 heures et les classiques de ville à ville comme Mende-Marvejols. De façon parallèle dune part il pratique le tennis et sera classé pendant plus de cinq ans 30/2 ; dautre part avec ses amis du club d'athlétisme quil a créé, il organise une épreuve de course à pied pour tous regroupant plus de 5.000 participants chaque année sur la place de Villecresnes. À ce titre, il est honoré par la Médaille de bronze de la Jeunesse et des Sports. En matière sportive, aujourdhui ses deux enfants ont largement dépassé leur père, et ses deux petits-enfants suivent le même chemin...

 

   


Nouvelle élection :

En 2004
Jacques Nain prend la retraite, il est commandant de police honoraire et titulaire de la Médaille d'Honneur de la Police Nationale. Il sétablit dans le Var.

 

En 2008, à loccasion des élections municipales, il est le Directeur de campagne de la liste Divers Droite à Fayence dans le Var puis maire-adjoint en charge de lurbanisme, de la sécurité, conseiller communautaire et trésorier du syndicat mixte du Vol à voile. 


 


En 2010, suite au dépôt de bilan de ses deux précédents éditeurs, Jacques Nain se lance un défi, il décide de créer une maison d’édition. Dans ce cadre, il participe régulièrement à de nombreuses émissions de radio et de télévision pour évoquer les sujets brûlants de l’actualité (criminalité, banditisme, terrorisme, etc.) et sera un conférencier auprès de cercles de réflexion, des établissements scolaires, des entreprises, etc.

 

   

 

En 2014, revenu au pays avec Cyntiade son épouse, Jacques Nain est sollicité pour participer à la liste municipale de feu Guy Combes sur Valras-Plage. Il devient même de façon très officielle son directeur de campagne. Il refusera le poste de maire-adjoint à la sécurité pour se placer dernier de liste au motif de son intérêt pour son activité littéraire mais surtout parce quil n'apprécie pas certaines pratiques.

Son ouvrage Jacques MESRINE, publié en novembre 2017 par les Éditions Auteurs d’Aujourd’hui, a obtenu le Prix Coup de cœur 2018 du Salon International du Livre de Mazamet (81), Prix remis par Jean-François Pré. 

Le 25 septembre 2019 Frédéric Ploquin, grand reporter à Marianne, a publié C’était la PJ aux Éditions Fayard. L’auteur est spécialisé dans les milieux de la police, du banditisme et du renseignement. Son ouvrage est le résumé d’affaires que les anciens policiers du 127, rue du Faubourg Saint-Honoré ont bien voulu lui confier… Jacques Nain a été de ceux-là.

 

Jacques Nain récompensé au salon international du livre de Mazamet (81)  

 

Depuis la fin de lannée 2019, en prévision de léchéance municipale du printemps 2020, Jacques Nain a décidé dabandonner progressivement son activité professionnelle déditeur afin de se consacrer entièrement à la vie publique municipale Sauviannaise.


Aujourd'hui, Jacques Nain est Député suppléant

dEmmanuelle Ménard, Député de l'Hérault.


 

 


À Sauvian, avec ses amis Sauviannaises et Sauviannais, après études des divers dossiers de la commune, Jacques Nain a décidé de se présenter aux suffrages des électeurs comme tête de liste de CHOISIR SAUVIAN lors des prochaines élections municipales de 2020 car, avec son expérience, comme il aime à le répéter :

 

« Oui ! À Sauvian, une autre politique municipale est possible ! »

CHOISIR SAUVIAN



Évènementiel


Newsletter


Derniers articles

  Face aux évènements difficiles, seule la cohésion nous permettra de l'emporter.  22-03-2020
  Coronavirus : report du premier conseil municipal de la mandature.  20-03-2020
  Communiqué de Jacques Nain  19-03-2020
  Résultats de l'élection municipale du 15 mars 2020  15-03-2020

Archives

+  mars 2020

+  février 2020

+  janvier 2020

+  décembre 2019

+  novembre 2019

+  octobre 2019

+  septembte 2019

+  août 2019

+  juillet 2019

+  juin 2019

+  mai 2019

+  avril 2019

+  mars 2019

+  février 2019

+  janvier 2019

+  décembre 2018

+  novembre 2018

+  octobre 2018

+  septembte 2018

+  août 2018

+  juillet 2018

+  juin 2018

+  mai 2018

+  avril 2018
First           Prior           Next           Last

Directeur de publication: Jacques NAIN
©ChoisirSAUVIAN - Association déclarée par application de la Loi du 1er juillet 1901 et du décret du 16 août 1901. |  Offres d'emploi     |  Espace réservé
En 2020 à Sauvian, Jacques Nain affrontera le maire sortant, Bernard Auriol
Sauvian : Jacques Nain est candidat aux élections municipales

Sauvian : Jacques Nain est le suppléant d’Emmanuelle Ménard.
Biterrois : le suppléant d'Emmanuelle Ménard se lance pour les municipales à Sauvian.
En 2020 à Sauvian, Jacques Nain affrontera le maire sortant, Bernard Auriol.

Haut de page